Plateau d'Epremesnil, Point fort N ° 5


            Par ses fermes anciennes, son manoir à la Bouteillerie, ses parcs du château et du manoir, le plateau d’Épremesnil est le reflet d’une époque rurale riche et prospère.
            C’est surtout au cours de la seconde guerre mondiale qu’il prend une importance stratégique car ce plateau est devenu le secteur défensif Nord-Est de la forteresse (ou Festung Le Havre).

            La ligne de défense est retranchée derrière le fossé antichar (tranchée d’environ 4m de profondeur et 6 m de largeur), précédé de réseaux de barbelés et de champs de mines. Ce secteur regroupe une douzaine de points forts aménagés dans les fermes, car elles sont très propices au camouflage d’armes, notamment leurs talus périphériques.             Des pièces d’artillerie (canons antichars), mitrailleuses, lance-flammes sont positionnés derrière le talus, des tranchées creusées en arrière relient les postes de combat ainsi que des petits abris destinés à protéger les soldats.
La majorité de ces fortifications sont encore visibles de nos jours. C'est surtout le point fort n° 5 qui a subi de plein fouet l’assaut du 10 septembre 1944.
La Bataille du Havre, opération codée « Astonia » - Septembre 1944 :
            Au début du mois de septembre 1944, les Alliés ont déjà franchi les frontières de la Belgique. La capture d’un grand port est vitale pour le ravitaillement des troupes. Le 1st British Corps Britannique a en charge la mission de prendre Le Havre. Après un assaut infructueux le 3 septembre au-dessus d’Harfleur sur le plateau du Cantipou, puis l’échec des négociations avec le colonel allemand commandant la forteresse du Havre, commencent alors une série de bombardements meurtriers sur la ville, dont les premiers les 5 et 6 septembre 1944 (qui réduisent quasiment à néant la cité).
            Le 1st British Corps est réparti en deux divisions (environ quarante mille hommes) composées d’unités blindées et de moyens de franchissement d’obstacles. Le 10 septembre, après un bombardement sur l’ensemble des lignes fortifiées, il lance un assaut de grande envergure pour percer les défenses allemandes au Nord-Est du Havre, sur le plateau d’Eprémesnil.

Pourquoi cet endroit ? :
            Dans le fossé antichar, creusé hâtivement au début de 1944, il existe dans ce secteur deux brèches propices à une pénétration de troupes et de blindés. D’autre part, les unités blindées doivent pouvoir se déployer sans se gêner, d’où la nécessité d’une étendue assez vaste. L’étude des défenses allemandes par l’état-major allié conduit donc les officiers à retenir le plateau d’Eprémesnil comme siège de l’assaut de grande envergure en préparation.
La Ferme " Revet ", Point Fort n° 5 
            Sur le grand plateau d’Eprémesnil situé au Nord du Havre, la ferme fut transformée comme ses voisines en bastion. Après l’évacuation des fermiers (M. et Mme Revet), la troupe s’installe dans le corps de ferme, la maison sert de logis aux officiers et les travaux de fortification débutent.
            L’excavation du fossé antichar n’est exécutée qu’au début de l’année 1944 : il passe à quelques dizaines de mètres de la ferme mais n’est pas totalement achevé sur le côté Nord du point fort. Cette brèche n’échappe pas aux Alliés qui choisissent ce vaste plateau pour concentrer leur attaque terrestre le 10 septembre 1944.
            C’est la 49ème West Yorhshire Division et surtout les brigades blindées rassemblées pour cette occasion, qui débutent l’attaque en premier à 17h45.          Après de nombreuses difficultés dues à la boue, aux mines et aux tirs des pièces antichars allemandes, les chars britanniques Crocodiles qui ont pu s’approcher au plus près du Point fort, viennent à bout de ses défenseurs grâce à leur lance-flammes. À la vue de cette arme terrible, les derniers soldats allemands se rendent aux fantassins du South Wales Borderers à 19h51 (plus de deux heures après le début de l’assaut).
            A minuit, l’objectif est atteint: les troupes britanniques ont investi le plateau et sont arrivées sur les hauteurs dominant la vallée de Rouelles. La libération du Havre peut débuter. Pendant les heures suivantes, les Alliés vont progresser et prendre un à un les autres points forts jusqu’aux limites de Rouelles et les écossais vers Fontaine-la-Mallet qu’ils atteindront le 11 septembre vers 0 h. 00.
            La progression (phase II) assurée par d’autres éléments fraîchement arrivés, pourra reprendre le 11 vers Le Havre qui ne sera libéré définitivement que le 12 dans l’après-midi.

Ci-dessous : plan du bunker standard, type Regelbau 622 (PC de la zone fortifiée), restauré par l’association

Ci - dessous :
  Plan de la zone d’assaut et des différents points forts en septembre 1944. Orientation des attaques des alliés le 10/09/1944 :
 49ème West Yorhshire Division : Piste Laura,(1), Hazel (2) et Mary (3) 51st Highlander division (écossais) à minuit le 10/09/1944 (4)

plan de la ferme de nos jours et des ouvrages subsistants.


 

                                                                    RETOUR à la PAGE des SITES VISITABLES