Les blockhaus du bois des Marettes
Le complexe souterrain Malepartus

 


Le complexe fortifié du bois des Marettes est mentionné sur une carte datée de 1943 du réseau téléphonique de la forteresse du Havre comme dépendant de l'Artillerie Groupe Nord. Il s'agit d'un ensemble de blockhaus, cantonnements et baraquements édifiés dans le bois et dans les terrains situés à la lisière Nord de celui-ci. L'ouvrage principal regroupait trois blockhaus reliés par un souterrain, dont le tracé évoque la forme d'un « Y » : deux abris sur le plateau (dont un Regelbau type 622 utilisé comme poste de commandement, en témoignent les traces d'équipements téléphoniques sur les murs) connectés par une galerie Est-Ouest ; l'entrée du complexe, au Sud, dans le bois, à l'extrémité de la branche verticale du « Y ». Cet ensemble était baptisé Malepartus comme l'attestait l'inscription tracée dans le béton du Ringstand assurant la défense de l'entrée Sud.
Dédié à l'observation et au commandement des batteries d'artillerie couvrant la partie Nord de la forteresse du Havre, cet ouvrage est décrit par le Captain Alastair Borthwick du 5th Seaforth Highlanders (51st Highlander Division), cité par Eddy Florentin, dans Le Havre 44, à feu et à sang :
Au flanc d'une vallée boisée, une petite porte d'acier. Derrière : un tunnel revêtu de béton. Il court droit sur la colline quelque cent cinquante mètres. Et là il se divise en deux branches, chacune de quelque vingt ou trente mètres. Le long des couloirs il y a des dortoirs et des réfectoires contenant tous les approvisionnements désirables : du beurre, du Champagne. Chacune de ces branches se termine par un escalier en colimaçon qui conduit à une petite coupole soigneusement camouflée, disparaissant au milieu d'un champ de pommes de terre.
Et dans chaque coupole, un périscope, rien de plus. Un poste de commandement d'artillerie : l'incroyable travail qui a consisté à tracer et à creuser ce tunnel n'a eu, en fin de compte, pour objet que d'installer deux périscopes !
La capture des ouvrages du bois des Marettes :
Eddy Florentin, dans Le Havre 44, à feu et à sang, relate la capture des ouvrages du bois des Marettes le 11 Septembre 1944 par la B Company du 5th Cameron (51st Highlander Division) :
A Fontaine-la-Mallet, un officier écossais aborde l'abbé Thomas :
-   Savez-vous s'il y a encore des défenses allemandes à la lisière du bois des Marettes ? Pouvez-vous me guider jusque-là ?
Le bois, appendice de la forêt de Montgeon dont il est séparé par le fond de vallée où court le chemin de grande communication, est comme le verrou du Havre ouest. Redoutable point fort, il est signalé sur les cartes alliées comme dissimulant, dans les replis du relief qui l'échelonne, six casernements bétonnés.
Une compagnie du 5th Cameron s'est approchée, venue des hauteurs occidentales de Fontaine-la-Mallet : la B Company a mission de nettoyer le secteur « compris entre la D Company, sur les hauteurs de Fontaine-aux-Cailloux, et la C Company faisant route vers le bois de Fréville, toutes opérations qui ne seront achevées qu'à 10h30. Quant à nous, Fontaine est le premier village que nous rencontrons à l'intérieur du camp retranché, et qu'il nous appartient de nettoyer », en toute logique, pour sa portion ouest. [...]


« 10 h 00, se souvient le lieutenant-colonel Andrews [...]. Ma B Company pénètre dans le bois des Marettes. Nous y découvrons un grand nombre de blockhaus parfaitement camouflés. Les défenses en font comme un mini camp retranché. Un grand nombre d'équipements est abandonné par l'ennemi. A mon étonnement je trouve une vieille Citroën qui contient deux drapeaux de signalisation semblant avoir appartenu au commandant de l'artillerie allemande [...] ».


Un site historique valorisé :
Les blockhaus du bois des Marettes, recensés par les autorités militaires françaises après la guerre, voient leurs équipements ferrailles dans les années 1950. Les accès aux abris et au réseau souterrain de la partie Nord du complexe Malepartus sont peu à peu remblayés.
En 2003, la Direction Départementale de l'Equipement prend contact avec l'association Mémoire et Patrimoine Le Havre 1939 - 1945 dans le cadre de la réalisation de la troisième section de la rocade Nord du Havre, dont le tracé doit traverser le bois des Marettes afin de rattraper le dénivelé entre le plateau Nord et la vallée de la Fontaine. A la lumière des documents mis à disposition par l'association, il s'avère que le tracé de la future rocade traverse la partie Sud du complexe Malepartus et plusieurs autres blockhaus et casernements en béton.
L'association, soucieuse de la conservation de ce type de patrimoine qu'elle fait visiter au public sur la région havraise, a souhaité non pas venir interférer avec le projet de rocade par une action quelconque de classement par la D.R.A.C., mais mettre ses connaissances au service de la Direction des Routes du Département de la Seine-Maritime. Un projet de valorisation des ouvrages est mis en place en partenariat avec cette dernière. La partie Nord du complexe Malepartus, non détruite par le projet, est déblayée, nettoyée et sécurisée à l'occasion des travaux de construction de la rocade en 2011.
Si les terrassements lourds sont réalisés par la Direction des Routes en février 2011, l'énorme travail de dégagement des galeries et des abris est effectué à la main par le biais d'un chantier d'insertion mis en place à cette occasion avec Actif Insertion. Le site est inauguré le 14 octobre 2011 en présence de Monsieur Didier Marie, Président du Conseil Général de Seine-Maritime et des élus de la commune de Fontaine-la-Mallet.
A l'occasion du 70ème anniversaire des combats de la Libération, le site est pour la première fois ouvert au public en Septembre 2014 avec le soutien de la municipalité de Fontaine-la-Mallet et le travail des bénévoles de l'association Mémoire et Patrimoine Le Havre 1939 - 1945.

 

                                                                    RETOUR à la PAGE des SITES VISITABLES